╋╋┏┳┓╋┏┳┓╋╋┏━━┳━━━┳━┓╋┏┓
╋╋┃┃┃╋┃┃┃╋╋┗┫┣┫┏━━┫┃┗┓┃┃
╋╋┃┃┃╋┃┃┃╋╋╋┃┃┃┗━━┫┏┓┗┛┃
┏┓┃┃┃╋┃┃┃╋┏┓┃┃┃┏━━┫┃┗┓┃┃
┃┗┛┃┗━┛┃┗━┛┣┫┣┫┗━━┫┃╋┃┃┃
┗━━┻━━━┻━━━┻━━┻━━━┻┛╋┗━┛
┏━━┓┏━━━┳┓╋┏┳━┓╋┏┳━━━┳━━━━┓
┃┏┓┃┃┏━┓┃┃╋┃┃┃┗┓┃┃┏━━┫┏┓┏┓┃
┃┗┛┗┫┗━┛┃┃╋┃┃┏┓┗┛┃┗━━╋┛┃┃┗┛
┃┏━┓┃┏┓┏┫┃╋┃┃┃┗┓┃┃┏━━┛╋┃┃
┃┗━┛┃┃┃┗┫┗━┛┃┃╋┃┃┃┗━━┓╋┃┃
┗━━━┻┛┗━┻━━━┻┛╋┗━┻━━━┛╋┗┛

Poctb2016

█▀█ ▄▀▀▄
░▄▀ ▄▀▀▄
█▄▄ ▀▄▄▀

█▀▀█ ▀█░█▀ █▀▀█ ░▀░ █░░
█▄▄█ ░█▄█░ █▄▄▀ ▀█▀ █░░
▀░░▀ ░░▀░░ ▀░▀▀ ▀▀▀ ▀▀▀

█▀█ ▄█░
░▄▀ ░█░
█▄▄ ▄█▄

█▀▄▀█ █▀▀█ ░▀░
█░▀░█ █▄▄█ ▀█▀
▀░░░▀ ▀░░▀ ▀▀▀

█▀█ █▀▀█ ▄█░ ▄▀▀▄
░▄▀ █▄▀█ ░█░ █▄▄░
█▄▄ █▄▄█ ▄█▄ ▀▄▄▀

 

 

╭━╮╭━┳╮╱╱╭┳━━━━┳╮╱╭┳━━━╮
┃┃╰╯┃┃╰╮╭╯┃╭╮╭╮┃┃╱┃┃╭━╮┃
┃╭╮╭╮┣╮╰╯╭┻╯┃┃╰┫╰━╯┃┃╱┃┃
┃┃┃┃┃┃╰╮╭╯╱╱┃┃╱┃╭━╮┃┃╱┃┣━━╮
┃┃┃┃┃┃╱┃┃╱╱╱┃┃╱┃┃╱┃┃╰━╯┣━━╯
╰╯╰╯╰╯╱╰╯╱╱╱╰╯╱╰╯╱╰┻━━━╯

╭╮╱╱╭━━━┳━━━┳━━┳━━━╮
┃┃╱╱┃╭━╮┃╭━╮┣┫┣┫╭━━╯
┃┃╱╱┃┃╱┃┃┃╱╰╯┃┃┃╰━━╮
┃┃╱╭┫┃╱┃┃┃╭━╮┃┃┃╭━━╯
┃╰━╯┃╰━╯┃╰┻━┣┫┣┫╰━━╮
╰━━━┻━━━┻━━━┻━━┻━━━╯
╭━━━┳━━━┳━━━┳━━━┳━━━╮
┃╭━╮┃╭━╮┃╭━╮┃╭━╮┃╭━╮┃
┃┃╱┃┃╰━╯┃╰━╯┃╰━╯┃┃╱┃┃
┃╰━╯┃╭━━┫╭━━┫╭╮╭┫┃╱┃┣━━╮
┃╭━╮┃┃╱╱┃┃╱╱┃┃┃╰┫╰━╯┣━━╯
╰╯╱╰┻╯╱╱╰╯╱╱╰╯╰━┻━━━╯
╭━╮╭━┳━━┳━╮╭━┳━━━╮
╰╮╰╯╭┻┫┣┫┃╰╯┃┃╭━╮┃
╱╰╮╭╯╱┃┃┃╭╮╭╮┃┃╱┃┃
╱╭╯╰╮╱┃┃┃┃┃┃┃┃╰━╯┣━━╮
╭╯╭╮╰┳┫┣┫┃┃┃┃┃╭━╮┣━━╯
╰━╯╰━┻━━┻╯╰╯╰┻╯╱╰╯
╭━━━━┳━━┳╮╱╱╭┳━━━╮
┃╭╮╭╮┣┫┣┫╰╮╭╯┃╭━━╯
╰╯┃┃╰╯┃┃╰╮┃┃╭┫╰━━╮
╱╱┃┃╱╱┃┃╱┃╰╯┃┃╭━━╯
╱╱┃┃╱╭┫┣╮╰╮╭╯┃╰━━┳╮
╱╱╰╯╱╰━━╯╱╰╯╱╰━━━┻╯

──────────╔╗╔╗
─────────╔╝╚╣║
╔══╦══╦══╬╗╔╣╚═╗
║╔╗║╔╗║╔═╝║║║╔╗║
║╚╝║╚╝║╚═╗║╚╣╚╝║
║╔═╩══╩══╝╚═╩══╝
║║
╚╝
┏━┳━┳┓┏━┳━━┳━┳┳━━┓
┃┃┃╋┃┃┃┳┫┏┓┃┃┃┃━━┫
┃┃┃┓┫┗┫┻┫┣┫┃┃┃┣━━┃
┗━┻┻┻━┻━┻┛┗┻┻━┻━━┛

Julien Brunet
Un corps sur un autre
la borne / poctb
Du 27 Mars au 24 Avril 2016
Esplanade Henri d’Orléans à Amboise
le pays où le ciel est toujours bleu
la borne

 

Julien_Brunet_La_Borne_2016_004

Mythologie approximative 
Julien Brunet

Du 28 avril au 21 mai 2016
Vernissage jeudi 28 avril à 18h30
Le pays où le ciel est toujours bleu | 20 rue des curés à Orléans
www.poctb.fr
FB event

CARTON_BRUNET-1

« Entre des sources issues de la bande dessinée et des mangas et une grande tradition picturale, ses dessins et vidéos visent cette même recherche d’une surface absolument vibrante.
Réalisés patiemment à l’encre, à l’aide d’une multitude de points faits au rotring, les dessins se construisent dans une durée lente. La surface apparaît par déplacements graduels de la main sur une même feuille ; une présence du corps qui donne à ses œuvres sur papier une qualité surprenante de velours et une réelle densité de matière. Fragments de corps, végétaux, minéraux, rayons lumineux, figures de monstres se déploient en un magma sans solution de continuité qui évoque souvent les cadavres exquis surréalistes. Dans la lignée d’un Seurat puis d’un Polke, également, il déconstruit la vision à l’aide d’images composées sous forme de trames. Ici, le regard se situe sans cesse au cœur d’une ambiguïté entre peinture et sérigraphie, apparition et disparition de l’image étant au centre de sa recherche.
De la même façon, Julien Brunet joue avec une grande subtilité sur une indécision entre édition et dessin. Réalisées à la palette graphique, ses œuvres sur papier ont d’abord une existence virtuelle. Dans un second temps seulement, l’artiste décide de les tirer sur papier, développant une pratique importante d’éditions et de livres. »

Extrait du texte de Marion Daniel – Commissaire associée au Frac Bretagne

 

 

Blackbelt
encre de chine sur papier (x11)
Julien_Brunet_Blackbelt_2010_005

 

 

PYROCLASTIC
Julien Brunet : installation, peinture, dessins
Bertrand Gruchy (2): ambiance sonore, live
du 30/10 au 20/11 2008
Störk Galerie, 81 rue d’Amiens Rouen
Julien_Brunet_Pyroclastic_2008_001